Florence Ferucci

Florence

lundi 13 septembre 2004, par Flaz

Longtemps, je me suis travestie sans vraiment m’appliquer. Mais les choses ont pris une toute nouvelle tournure depuis un an, lorsque j’ai décidé de sortir en ville. Mon témoignage ne portera que sur le maquillage.

Le rasage

Le maquillage commence par le rasage (qui commence par un lavage du visage !). J’ai essayé de nombreuses techniques et aucune de celles qui sont présentées, ici et là, ne convient à ma barbe ni à ma peau. Il y a notamment une croyance suivant laquelle on obtiendrait le meilleur résultat avec un rasoir mécanique sur une barbe de deux jours. C’est peut-être vrai pour certaines mais, dans mon cas, c’est de la foutaise pure et simple.

J’obtiens le meilleur résultat avec un rasoir électrique ! Et pourtant, j’ai une barbe noire et dense. Certes, ça prend du temps, mais le résulta est là.

Après un premier passage méticuleux, j’obtiens le rasage ordinaire (mec). Bien évidemment, c’est insuffisant. Mon truc consiste à rebrousser le poil qui est resté sous la peau (avec les doigts secs) et à raser les poils qui dépassent alors. Je dois procéder par petites surfaces, sinon mes poils se rétractent avant que j’aie le temps de les araser. Après ce deuxième passage, la peau est totalement lisse, à l’exception de certaines parties du cou. J’utilise alors une variante de mon premier truc qui consiste à plier la peau fine du cou entre mes doigts, faisant bien ressortir les poils rétractés. Il faut procéder par surfaces encore plus petites que précédemment, mais heureusement cela ne concerne que des parties très limitées du visage.

Pour le dernier passage, je détourne un lait après-rasage que j’utilise comme gel de rasage. En assouplissant la peau, j’arrive à faire encore mieux ressortir les poils rétractés et à les couper avant qu’ils ne se rétractent de nouveau. Le rasage se termine comme il commence, par un lavage du visage.

Ces quatre passes de rasage me prennent entre 30 et 45 minutes. C’est long, très long. Mais c’est indispensable ! À chaque fois que j’ai bâclé le rasage, je m’en suis mordu les doigts. Normal, le rasage est la première "couche" du maquillage. Tout ce qu’on rate à cette étape se répercutera sur toutes les autres. Et si le maquillage peut estomper un défaut de rasage, il ne pourra jamais l’effacer.

Au toucher, j’ai la peau parfaitement lisse puisque les poils sont coupés à une longueur qui les fait se glisser dans la peau. Si j’utilise un rasoir mécanique, je n’obtiens pas un résultat meilleur et j’ai le visage en sang (même si j’utilise un rasoir qui a déjà servi une ou deux fois, même s’il s’agit d’un rasoir hi-tech ou d’un simple bi-lame, jetable ou à recharges, j’ai tout essayé).

Visuellement, le résultat est bien différent. Une peau très claire (presque transparente) et des poils très sombres et très denses font que, même rasée au plus près, la "barbe" saute aux yeux.

Le nettoyage de la peau

J’ai constaté qu’il était inutile que je procède à un nettoyage de la peau (avec un lait ou une lotion). Cela tient-t-il au savon que j’utilise ou à la nature de ma peau ? Mystère...

La base de maquillage

Il m’arrive d’utiliser une base de maquillage, mais c’est de plus en plus rare. Dans certaines circonstances mal élucidées, j’ai constaté que mon maquillage tenait moins bien lorsque j’avais utilisé ma base :( C’est également sensé protéger/nourrir la peau avant le maquillage, je n’ai rien constaté de tel. Ma peau va très bien, avec ou sans base. C’est peut-être dû à la grande qualité des produits que j’utilise...

Le cache-barbe

Vue ma barbe, le cache-barbe est indispensable ! Même le fond de teint le plus couvrant laisserait visible les zones les plus sombres. Sans cache-barbe, ce n’est même pas la peine que j’essaie de me maquiller. J’utilise un cache-barbe professionnel que j’applique au doigt, dans un double mouvement : tapoter-lisser. Comme aucun produit ne correspond à ma "couleur" de peau, j’en mélange deux, que je "travaille" avant de les appliquer.

J’utilise le cache-barbe comme un fond de teint. Je l’applique donc sur toute la surface du visage (et du cou) et pas uniquement là où il faut masquer la barbe. Je joue quand même sur la quantité de matière déposée, selon les zones. Ca se pose facilement. La principale difficulté que je rencontre vient du risque de marquage des rides (ou plis) du visage. Je dois donc faire très attention à conserver un visage totalement inexpressif, sinon "ça fait des pâtés dans les plis".

Le fond de teint

Même en faisant des mélanges de teintes, mon cache-barbe reste d’une couleur horrible. J’utilise donc un fond de teint, déposé à l’éponge, qui va atténuer cette couleur et l’approcher de quelque chose de plus acceptable. Mon fond de teint ne recouvre pas vraiment le cache-babe, il a plutôt tendance à se mélanger avec lui (deux produits "gras"). Mais ça fait quand même une couche de plus et il faut toujours rester inexpressive.

La poudre libre

Je fixe la couche grasse avec de la poudre libre, déposée à la houpette. Comme mon fond de teint est très "blanc" j’utilise une poudre légèrement teintée, ce qui redonne un aspect d’ensemble plus chaleureux (moins Pierro).

Les yeux

Un coup de crayon en bas, un coup de crayon (fin) en haut. Puis, sur le quart inférieur de la paupière supérieure, une ombre assortie au crayon. Sur le second quart inférieur, une autre ombre, en dégradé avec la première. Sur la moitié supérieure restante je dépose un ombre claire, très légèrement rosée.

Au "fond" de la paupière supérieure et sous l’arcade, une ombre blanche. Sur l’arcade l’ombre rosée. Sous la paupière inférieur, l’ombre rosée. Toutes les ombres sont déposées avec deux pinceaux de tailles différentes.

Quand j’y pense, un coup de brosse à cils avant le mascara constitue une bonne préparation. Lorsque que j’ai le temps, un coup de pince à recourber les cils ouvre le regard. Le plus souvent, je me contente d’un banal coup de mascara noir sur les cils du bas et en haut (dessus-dessous).

Finitions de couleurs

Du fait des différentes couches, des différences d’épaisseur et de transparences, mon visage n’est pas d’une couleur totalement uniforme (comme on pourrait le craindre). J’ajoute donc une très légère touche de couleur sous les pommettes.

Les lèvres

Quand j’y pense, avant de commencer le maquillage je mets un coup de labello. Ça hydrate les lèvres, ça les rend plus lisses tout en atténuant les différences de teintes (dues aux parties plus ou moins sèches).

Je n’arrive toujours pas à dessiner mes lèvres avec un crayon. Ce n’est pas facile car le fond de teint dissimule efficacement leur forme naturelle. Bien qu’il ne s’agisse de reproduire cette forme (mais de l’améliorer), l’absence de repère me désoriente. Je n’utilise donc pas de crayon.

J’applique simplement un rouge à lèvres en bâton avec lequel je parviens à redessiner mes lèvres. Je fais bien pénétrer puis j’enlève le surplus en "mordant" dans un kleenex. Le résultat est moins pulpeux que si on n’enlève pas le surplus, mais c’est indispensable si je ne veux pas que le rouge à lèvres file dans la journée. Il file d’autant plus qu’il est au contact direct du fond de teint (faudrait vraiement que j’apprenne à utilise le crayon !). Et puis, pour un effet "pulpeux" (bien utile quand on a des lèvres minces), il y a toujours le gloss qui ne file pas, lui ;-)

Fixation finale

Normalement, tout est fixé. Mais même en faisant très attention, notamment dans l’application de la poudre libre, j’ai constaté que j’avais tendance à "marquer les cols". J’applique donc un tissu humide sur tout le visage et le cou. Attention, quand je dis "appliquer" c’est juste "appliquer", pas "presser", encore moins "frotter". C’est tout en douceur. Je n’obtiens pas un résultat garanti "zéro trace" mais je constate que je "marque" moins. De plus, c’est sans aucun effet (masacara waterproof obligatoire) sur le rendu ou la tenue du maquillage dans la durée.

En ville

Pour rectifier le maquillage dans la journée, je n’emporte que mon rouge à lèvres et une poudre compacte claire.

Conclusions

Un maquillage complet, hors rasage, me prend quelques 45 minutes. Pour un maquillage du soir, cela peut tomber à 20 minutes. Dans ce cas, en faisant très attention à la teinte du cache-barbe, je peux sauter les étapes du fond de teint et de la poudre libre. Je fixe alors le cache-barbe (toujours tros rouge et trop brun) directement avec une poudre compacte claire, appliquée au gros pinceau rond (la même que j’utilise pour me repoudrer, dans la journée).

Je suis loin d’être satisfaite du résultat et j’ai encore beaucoup de progrès à faire. Ça ne me prend pas trop la tête dans la mesure où je progresse et où ça ne m’empêche pas de sortir :

- ma première sortie
- il fait beau
- le maquillage se fatique mais ça n’empêche pas de s’amuser

Pourtant, je bute sur deux difficultés, irréductibles par le maquillage : le temps de rasage et les couches nécessaires pour dissimuler la barbe. Passer 1h30, rien que pour le maquillage, c’est trop. Sans compter qu’en fin de journée, même avec de bons produits et en faisant des retouches, un maquillage "épais" est forcément fatigué. Comme j’adore sortir en journée, ça m’enquiquine que la moindre promenade prenne des allures d’expédition. Et comme je sors souvent de midi à minuit, la tenue dans la durée n’est, pour moi, pas une option mais une nécessité. Je songe donc sérieusement à l’épilation laser, mais c’est une autre histoire...

Le démaquillage

Pour me démaquiller, j’utilise deux produits spécialement destinés à cet effet. Une huile démaquillante me permet de tout enlever, y compris le mascara. Ensuite, une lotion me permet d’ôter le films d’huile restant sur la peau et finit de débarrasser la peau des résidus de maquillage dissous dans l’huile.

Du coup, ma peau ne souffre pas du tout du maquillage. Elle est même en meilleure état que lorsque je ne me maquillais pas ;-) C’est probablement dû au fait que je le maquillage m’oblige à la nettoyer attentivement et régulièrement.

Après avoir essayé plusieurs types de disques démaquillants, je suis revenue aux produits de marque. Tous les "génériques" que j’ai essayé me font de désagréable effet d’un papier de verre. Compte tenu de la quantité de produits à ôter, j’ai opté pour des disques ovaux, plus pratique que les classiques petits disques ronds.

Mes produits

- Rasoir électrique : Braun 5414 (BHV)
- Savon de visage : Pain nettoyant facial peaux sensibles, Neutrogena (Carrefour, rayon parapharmacie)
- Base de maquillage : Base de prémaquillage correctrice, Make Up For Ever
- Cache-barbe : Base de maquillage 8300 et 8301, Laukrom (Make Up For Ever)
- Fards : Make Up For Ever
- Fond de teint : Make Up For Ever
- Éponge pour fond de teint : Make Up For Ever
- Pinceaux : 5SB, 10S, 8S, Make Up For Ever
- Crayons : Make Up For Ever
- Rouge à lèvres : lipstick T47, Make Up For Ever
- Gloss : Super Lip Gloss, Make Up For Ever
- Mascara : Mascara Volume KDOI A, Make Up For Ever
- Poudre compacte : Poudre compacte 75108 S , Make Up For Ever
- Poudre libre : Poudre Libre Visage translucide 42, Bourjois (Monoprix)
- Lait après-rasage : Soin après-rasage, Rivadouce (VPC milieu médical et paramédical)
- Disques démaquillants : Demak’up supersoft oval, Demak’up (Champion)
- Huile démaquillante : Huile démaquillante, Make Up For Ever
- Lotion démaquillante : Lotion tonique, Make Up For Ever

J’achète les produits Make Up For Ever dans leur boutique située au 5, rue la Boétie 75008 Paris. Je rappelle que les membres du Caritig y bénéficient d’une réduction de 40% sur le tarif grand public (sur simple présentation de leur carte d’adhérentEs).

1 Message

  • Amélioration 9 janvier 2005 00:17, par Florence Ferucci

    Le principal défaut que je trouvais à cette technique était l’accumulation des couches. Il en découlait un temps de maquillage important et une mauvaise tenue dans la durée.

    Depuis, j’ai apporté des modifications qui me ramènent à un maquillage à la fois plus rapide et moins pâteux. Comme le suggère Viviane, j’utilise uniquement un cache-barbe combiné à une poudre compacte. Je connaissais déjà sa technique, mais elle ne fonctionnait pas pour moi. Pour pouvoir en reprendre les principes, il a fallu que je trouve l’adaptation technique qui la rendait efficace, dans mon cas. Une fois de plus, cela montre qu’on ne peut pas transposer mécaniquement ce qui marche pour l’une sur une autre. Voilà pourquoi, en matière de maquillage comme dans d’autres, je préfère les témoignages aux conseils.

    La séquence "cache-barbe, fond de teint, poudre libre" de mon témoignage précédent est donc remplacée par une séquence "cache-barbe, poudre compacte". Les produits sont les mêmes que précédemment.

    1) Je n’’utilise plus qu’un seul cache-barbe (teinte nordique) au lieu d’un mélange de deux. Je l’applique sur tout le visage, en variant la quantité de matière selon les parties du visage. Je m’en sers donc comme d’un fond de teint gras, ce qui est logique puisque, derrière des dénominations différentes, c’est exactement la même catégorie de produit (juste plus couvrant).

    À la différence de précédemment, je ne me préoccupe plus de l’accumulation du produit dans les rides d’expression du visage. En fin d’application, j’utilise un coton-tige pour enlever le surplus de produit qui s’y est accumulé, pendant que je l’appliquais. Il faut faire attention à ne pas tout enlever, sinon ça fera une trace claire, de la couleur d’origine de la peau. Mais toute erreur est rattrapable puisqu’on en est à la première couche grasse de maquillage. Il suffit alors de remettre du produit et d’enlever le nouveau surplus.

    2) À l’aide d’une houppette (pas d’un pinceau !), j’applique la poudre compacte, comme je le faisais avec la poudre libre. Une coup de gros pinceau (optionnel) améliore encore la fixation (le mélange poudre/gras). C’est tout.

    Pourquoi n’ai-je pas adopté cette technique plus tôt ?

    J’avais bien essayé la technique de Viviane mais elle ne fonctionnait pas pour moi. Pourtant elle est très similaire. La seule différence réside dans le mode d’application de la poudre compacte. Tout le problème venait de la couleur du cache-barbe et de ma carnation.

    Aucune teinte de cache-barbe ne correspondaient (même approximativement) à mon teint. C’est normal, car les caches-barbes sont prévus pour être recouverts par des fonds de teint qui, eux, sont conçus pour s’adapter à des teintes et carnations variées. J’étais donc obligée d’effectuer une sévère correction de teinte, après application du cache barbe... Si j’appliquais la poudre compacte avec un pinceau, la correction de teinte était trop faible. J’avais donc écarté cette technique pour me rabattre sur la technique orthodoxe cache-barbe + fond de teint. Pour fixer une telle quantité de produit gras, la poudre libre fonctionnait bien. À noter, tout de même, que la poudre Bourjois donnait de bien meilleurs résultats que la poudre Make Up For Ever, qui asséchait trop le maquillage et le faisait rapidement craqueler.

    En appliquant la poudre compacte (la même que précédemment !) avec une houppette, j’ai obtenu la correction de teinte souhaitée, directement sur le cache-barbe. Résultat, un maquillage moins épais, plus rapide à réaliser et plus stable.

    J’ai donc dû tâtonner avant de trouver cette solution. Je crois que nous devons toutes passer par là, même si nous aimerions bien que l’on nous donne une recette magique. De plus, je pense que cette technique reste très personnelle, même si les principes sont généraux. Elle dépend de ma nature de peau et des produits précis que j’utilise. Si je trouvais un cache-barbe qui corresponde bien à ma teinte et à ma carnation, j’envisagerais peut-être les choses différemment ? Si je trouvais une poudre libre correctement teintée, je pourrait peut être l’utiliser à la place de la poudre compacte ? Mais je m’en suis toujours sortie, avec les produits que j’avais à ma disposition.

    Il faut donc admettre que l’on doit non seulement apprendre des gestes techniques de maquillage mais également apprendre à connaître les produits qu’on utilise. Il peuvent réagir différemment selon la manière de les travailler. Surtout, ces apprentissages supposent une pratique répétée, de préférence régulière. Et se fixer des objectifs ambitieux comme préalable à une sortie en ville, c’est se fabriquer de mauvaises raisons de ne pas sortir.

    repondre message

Répondre à cet article

free dns | free hosting | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0