Florence Ferucci

Maturation

vendredi 7 janvier 2005, par Flaz

Le contenu de certains sites m’a vraiment aidée à y voir plus clair. Ils ne sont pas très nombreux...

Viviane

De tous les sites que j’ai visités, celui dont le rôle a été le plus important est celui de Viviane. Ce site démontre de manière éclatante que n’importe qui peut sortir en plein jour, dans tous les lieux publics. Il illustre, avec plus de quatre mille images, le bonheur que l’on éprouve à aller à la rencontre des gens, la joie permanente de se sentir exister dans la Cité. Ce site est une ode à la vie. À ma connaissance, il est unique en son genre.

Bien sûr, il n’a rien à voir avec les sites mono-page qui affichent des corps décapités ou des culs béants... Il ne se compare pas plus à ces sites déchirants où le sujet prend des poses qui se voudraient suggestives alors que son regard n’évoque rien d’autre qu’un désarroi que nous reconnaissons bien. Toute ressemblance avec des sites exposant des personnes en situation pseudo-naturelle est à écarter : photo de jour sur le bord d’une route isolée, photo de nuit dans une rue vide, photo d’intérieur, photos truquées avec photoshop... Bref, des photos qui illustrent avec une implacable acuité la solitude de leurs auteurEs. Restent les rares sites de personnes assumant leur identité en société et de jour. Même en se limitant à ce tout petit nombre, je n’en connais aucun où les gens "ordinaires" soient non seulement présents dans le décor (quand ils y sont !) mais également dans l’action. Voilà en quoi ce site est unique : il montre des tranches de vie d’une personne transgenre vivant parmi ses concitoyenNEs.

Le Caritig

Le site du Caritig a été, pour moi, une mine d’informations. Pas tant d’informations pratiques (essentiellement tournées vers les transsexuelLEs) que de lectures sur l’identité de genre qui m’ont permis de poser des mots sur l’indicible. Au delà de cette vision utilitariste, le site du Caritig m’a également permis de faire connaissance avec cette association, avant d’y adhérer.

Contrairement à ce que peut laisser penser son intitulé (Centre d’Aide de Recherche et d’Information sur la Transsexualité et l’identité de Genre), le Caritig n’est pas une association focalisée sur un sous-groupe de la "galaxie transgenre". Bien au contraire, dans les limites de ses forces (toutes bénévoles), il tente de s’adresser à la totalité des personnes s’interrogeant ou rencontrant des difficultés liées à leur identité de genre. En clair, on peut aller vers le Caritig sans avoir à se définir par rapport au genre, tout en ayant la certitude que l’on y aura sa place. Rencontrer physiquement d’autres personnes transgenres et pouvoir discuter avec elles de nos interrogations et partager nos expériences surpasse tous les forums internet et tous les chats du monde.

Morgane

Si je mentionne ce site c’est en raison d’une page qui m’a particulièrement marquée. Sous le titre trompeur "Souffrir pour être belle" Morgane présente un manuel très succinct mais incroyablement juste de ce qu’implique se respecter soi-même. En l’occurrence, que l’on soit "full-time" ou pas, on ne vivra bien son identité qu’en tirant les conséquence du fait suivant : si l’on est transgenre, on l’est forcément à temps plein. Que ça nous plaise ou pas ;-)

Support Transgenre Strasbourg

Le glossaire de ce site (qui recèle bien d’autres informations) m’a bien aidée en me donnant des repères quand je n’en avais aucun. Les mots, nouveaux pour moi, dont je pressentais bien la nécessité semblaient se dérober. Surtout, ce glossaire a l’intelligence de ne pas succomber à la tentation des définitions proprettes, réductrices et exclusives.

STS n’est pas qu’un site, c’est également une association dont l’ouverture d’esprit me semble très voisine de celle du Caritig... et réciproquement ;-)

Les sites à éviter

Comme vous (qui lisez cette page) j’ai parcouru des dizaines de sites, remplis de bonnes intentions mais pas forcément de bons conseils. La liste en serait trop longue et l’énumération peu enrichissante. La meilleure précaution à prendre est de juger sur pièces et de n’accorder son crédit qu’à des personnes avançant les preuves manifestes et incontestables de leur expérience. Les conseils que l’on retiendra ainsi ne seront peut-être pas adaptés à notre situation, mais on aura déjà la certitude qu’ils ont été expérimentés avec succès, au moins une fois ! Souvent, lorsqu’on débute son parcours, on se sent dans un telle position d’infériorité que l’on renonce inconsciemment à avoir ce genre d’exigence vis-à-vis de personnes que l’on imagine plus avancées que soi. On a doublement tort.

Répondre à cet article

free dns | free hosting | SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0